Tarifs – Aides

Les types d’aides proposées aux Tilleuls

La tarification est composée du tarif hébergement et du tarif dépendance :

  • Le tarif hébergement dépend du type de chambre (double ou simple).
  • Le tarif dépendance dépend du groupe iso-ressource (GIR) du résident.
Une caution équivalente à un mois d’hébergement est facturée à l’entrée du résident.
  • Les frais de communications téléphoniques ne sont pas inclus. Ils sont facturés mensuellement au prix de 0.153€ par unité de taxe, suivant les communications émises.
  • Le repas invité est au tarif de 10 € par personne.
  • Le forfait marquage du linge est au tarif de 30€.
En cas de recours, contacter l’ANM, l’association nationale des médiateurs

LA PROCEDURE D’ADMISSION

> Remplir le dossier d’admission EHPAD.

> Retourner le dossier d’admission complet.

> Le futur résident doit venir visiter le médecin gériatre de l’établissement sur place.

> L’admission est prononcée par la commission compétente, en fonction des places disponibles.

Les aides acceptées à la résidence « Les Tilleuls »

Nous sommes habilités à recevoir les aides suivantes : l’APA, l’APL et ALS :

L’Aide Personnalisée Autonomie : APA

Elle concerne les résidents âgés de plus de 60 ans et classés dans l’un des GIR de 1 à 4. Selon les revenus du résident une participation financière peut rester à sa charge.

Le GIR 5-6 reste à la charge des résidents.

L’APA est versée à l’établissement et permet de financer le tarif dépendance.

L’Aide Personnalisée au Logement : APL

L’APL est versé par la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) à l’établissement.

Le montant de l’APL déterminé par la CAF est fonction :

  • Des ressources du résident.
  • Du coût de l’hébergement.
  • Du lieu où est situé l’établissement.
L’Aide Sociale à l’Hébergement : ALS

L’ALS est versée par le département qui en fixe les montants en fonction des ressources :

  • De la personne âgée.
  • De la personne avec qui elle vit en couple.
  • De ses obligés alimentaires.

Le dossier de demande se retire auprès de la mairie ou du centre communal d’action sociale (CCAS) de la commune où la personne réside.